Jouer avec la nature:

Je vous propose aujourd’hui un nouvel “article invité”, proposé par Elise MAREUIL éducatrice de jeunes enfants, responsable pédagogique et co-gérante d’AGAPI, des crèches écologiques et coopératives qui développent une pédagogie bienveillante reposant sur un éveil à la nature.

Elle est l’auteur de Jouer avec la nature, 70 ateliers d’éveil avec le tout-petit  (éd. DUNOD). En liant théorie et pratique elle amène une réflexion et des apports très concrets d’une pédagogie de découverte de la nature. Elle met en lien pensées de grands pédagogues, des recherches récentes et son vécu de terrain sur le rapport du tout-petit à la nature, avec des propositions ludiques et créatives, grâce notamment à des fiches pratiques (dont certaines détachables) et des idées concrètes d’ateliers. Préface de Jean EPSTEIN.

jouer_avec_la-nature2

JOUER AVEC LA NATURE ,
Ou comment favoriser une éducation positive par l’éveil à la nature AVEC LE TOUT-PETIT !

 

Dans une société où le développement durable et une éducation positive deviennent de vrais enjeux, une pédagogique bienveillante favorisant la découverte de la nature dès la toute petite enfance semble une piste essentielle à explorer…

Dans mon ouvrage “Jouer avec la nature, 70 ateliers d’éveil avec le tout-petit”, destiné tant aux parents que professionnels de la petite enfance, je présente comment favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants (de moins de 4 ans) autour de l’éveil à la nature : et si la nature devenait un médiateur relationnel, ludique, d’apprentissages et de découvertes entre l’enfant et l’adulte ?
Comment, au quotidien, faire rentrer la nature chez soi, que l’on habite en plein centre-ville ou à la campagne, pour  “jouer nature” avec le jeune enfant ?jeu_nature

UNE PEDAGOGIE POSITIVE D’EVEIL A LA NATURE :

Et si nous pouvions faire un lien concret entre éducation bienveillante et éveil à la nature ? En effet, la nature est un formidable médiateur pour cheminer vers une éducation positive et accompagner l’enfant dans son éveil harmonieux ! La nature lui fournit tous les outils pour cela : éveil des 5 sens, exploration de sa motricité etc…
Rêvons qu’un enfant devenu un adulte plus empathique grâce à une éducation positive pourrait être plus en capacité de construire une société où l’homme est bien plus en lien et respectueux de son environnement naturel…. Imaginons qu’en créant un rapport positif et régulier à la nature, grâce à une exploration de la nature « quotidienne », l’enfant aura plus envie de la protéger… Nous prenons soin plus naturellement de ce que nous connaissons bien et de ce que nous aimons.

Les dernières recherches très récentes et totalement innovantes nous apprennent que le cerveau du jeune enfant se construit par ce qu’il va vivre dans sa prime enfance (puis le cerveau évolue tout au long de la vie évidemment).
Les neurosciences affectives et sociales étudient les mécanismes cérébraux des émotions et des sentiments : Le bébé, dès la naissance, a le même nombre de neurones que ses parents, mais 10 fois moins de connexions entre eux. Chaque situation, émotion et sensation laisse une trace dans les neurones : ces zones de contact entre deux neurones sont appelées des synapses, et il s’en crée plusieurs centaines par seconde pendant les 5 premières années de la vie !
En grandissant, le cerveau conserve uniquement les connexions des expériences les plus fréquentes: on peut donc bien imaginer qu’un contact avec la nature fréquent dans des expériences positives de partage avec l’adulte sont essentielles pour que le cerveau construise et conserve ce lien positif à l’environnement naturel.

Les neurosciences affectives nous apprennent aussi qu’une relation adulte-enfant bienveillante et soutenante favorise un bon développement du cerveau. Allan SCHORE, un des fondateurs des neurosciences affectives et sociales, puis la pédiatre Catherine GUEGUEN en France, font ce lien entre l’éducation d’aujourd’hui et la société future : des enfants accompagnés sur leur chemin de vie dans une dynamique bienveillante et positive se construisent de telle façon qu’ils favorisent les parties de leur cerveau leur permettant de devenir des adultes plus empathiques…
Un enfant régulièrement en contact avec la nature aura enregistré de façon durable dans son cerveau ce lien positif pour mieux le développer adulte : Je suis convaincue qu’un enfant qui aura pu découvrir la nature avec beaucoup de plaisir, de curiosité, explorant pleinement ses 5 sens, sera un adulte d’autant plus respectueux de cette nature !

Olivier MAUREL, fondateur de l’observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO) fait également un lien concret entre l’éducation et l’état de la société tant au niveau social que ECOLOGIQUE. Ce lien entre violence éducative “ordinaire” et l’état écologique de la planète a pu être établi grâce aux témoignages d’adultes à l’enfance complexe et qui aujourd’hui ont des difficultés à se connecter à leurs sensations, émotions, relations. Ces adultes développe alors plus le “plaisir d’AVOIR” que le “bonheur d’ETRE” explique-t-il : “or, la recherche de l’avoir, du pouvoir et de l’apparence est le carburant de la machine financière, économique et technique qui actuellement détruit la planète a grande vitesse”.
On voit donc bien ici le parallèle entre éducation bienveillante et respect de son environnement au sens large.

LES BIENFAITS DE LA NATURE POUR LE JEUNE ENFANT :

De nombreuses recherches du monde entier nous présentent l’importance et les apports du contact direct et positif avec la nature chez le jeune enfant, qui favoriserait une meilleure santé physique (elle renforce notamment notre système immunitaire) et psychique. Des études montrent aussi tous les effets positifs d’un contact régulier avec la nature pour la motricité (fine et globale), la créativité (imagination, langage), la mémorisation, l’autonomie…L’enfant découvre ainsi dans la nature, par le plaisir, ses capacités et aussi ses limites. Les recherches montrent également que le contact régulier avec la nature favorise aussi le développement intellectuel et des compétences sociales essentielles : prendre soin du vivant, de l’autre, l’empathie, le respect… Et enfin, toutes les études se rejoignent sur le fait que la nature a indéniablement un effet calmant et de bien-être sur l’être humain : tout en stimulant nos sens, elle permet de diminuer le stress.

Pour appuyer concrètement ces propos, nous pouvons citer les recherches du « Centre pour la recherche en épidémiologie environnementale » de Barcelone, qui montrent qu’une exposition très régulière à la nature augmente par exemple la capacité de mémorisation des enfants. Le co-auteur de l’étude, s ‘exprime sur les effets psychologiques bénéfiques de la nature sur l’enfant :

« L’environnement naturel (…) fournit aux enfants des opportunités uniques d’apprentissage que ce soit en matière d’engagement, de prise de risques, de découverte, de créativité, de maîtrise des situations, d’estime de soi. Il inspire une variété d’états émotifs – comme l’émerveillement – et améliore les aptitudes psychologiques censées avoir une influence positive sur les différents aspects du développement cognitif »

Une étude américaine montre que les enfants sont de moins en moins en contact avec la nature et met ce constat en lien avec des symptômes : obésité, troubles de l’attention…
En 2005, le journaliste Américain Richard LOUV crée le concept de «Trouble déficitaire de la nature » (ou « syndrome de manque de nature »). Et décrit le manque direct de contact grandissant des enfants avec la nature et les conséquences que cela peut avoir à l’heure actuelle : urbanisation, écrans omni-présents, manque d’activité physique, sédentarisation… Autant d’éléments favorisant le manque de lien avec la nature !
Pour exemple, soulignons qu’aujourd’hui un écolier sur 3 ne sait pas reconnaître une courgette !

Mais comment favoriser au quotidien, par une pédagogie ludique, cette découverte de la nature ?

UNE PEDAGOGIE « NATURE » CONCRETE :

L’idée développée dans “Jouer avec la nature, 70 ateliers d’éveil avec le tout-petit” est de proposer des jeux et ateliers développant une pédagogie DE la nature et une pédagogie PAR la nature : une pédagogie DE la nature permettant de découvrir le coquillage, l’arbre, l’escargot grâce à des jeux adaptés, et une pédagogie PAR la nature permettant de faire des apprentissages fondamentaux grâce à la nature comme par exemple découvrir les couleurs via un jeu avec de pétales de fleurs.
Les plus grands pédagogues ont étudié et montré le lien essentiel du tout-petit à la nature : MONTESSORI, FROEBEL, STEINER…proposent tous des activités de jardinage !
Pour MONTESSORI, la nature était le lieu idéal pour l’apprentissage des cycles de la vie, le soin, la patience, la responsabilité, le partage… Pour cette grande pédagogue, le jardinage permet “une observation de la vie, et favorise les notions de responsabilité et de respect”.

FREINET, DECROLY… proposent des temps de promenade, de dessins, des apprentissages coopératifs en pleine nature !

Pour le très jeune enfant, l’expérimentation de l’environnement qui l’entoure se fait par la sensorialité et la motricité.
Un enfant qui aura eu la possibilité de pleinement explorer ses 5 sens en éveil, en motricité libre, se connaîtra mieux : Or, la nature est le lieu idéal de découvertes sensorielles et motrices !
La nature est en effet le lieu idéal pour explorer pleinement sa motricité fine et globale : on peut se dépenser physiquement en toute liberté mais aussi favoriser une motricité fine grâce à des éléments naturels de saison…Et la nature est évidemment l’espace privilégié d’éveil aux 5 sens !

Au quotidien, cela peut se mettre en oeuvre très simplement : par exemple, comment fabriquer ses propres produits créatifs bio, avec un jeune enfant enfant (pâte à modeler, peinture…)? Comment créer un loto des sons de la nature? Comment apprendre les fruits et légumes de saison?…

Pour éveiller le jeune enfant à la nature, on peut ainsi PROPOSER des ateliers de différents types:

  • Sensoriels (exemples : loto des senteurs naturelles, ateliers de cuisine de saison…)
  • Moteurs (exemple : fabrication de jeux moteurs en carton de récupération ; jeux de motricité en pleine nature…)
  • Créatifs (exemple: peinture avec des épices, créations avec des feuilles d’arbre…)
  • Intellectuels (exemple : jeux pour découvrir avec des éléments naturels les poids, les tailles, le langage…)

Mais n’oublions pas qu’un éveil à la nature est avant tout une pédagogie de “petits riens” : proposer à l’enfant de toucher l’écorce de l’arbre et de nommer ses sensations, à sentir la plante aromatique, lui faire remarquer le changement de couleur des feuilles au fil des saisons…
Cette forme d’éducation repose en fait beaucoup sur l’accompagnement de l’adulte: c’est lui qui va pouvoir guider l’enfant dans ses découvertes, mais surtout le laisser explorer librement!
Il est ainsi important de souligner que le contact avec la nature naît aussi souvent du fait de ne pas être surchargé d’activités : le rôle principal de l’adulte dans ce chemin que se construit l’enfant petits pas à petits pas est donc en fait principalement de PROPOSER des espaces-temps sécurisants et sécurisés, qui favorisent la joie et l’émerveillement de la découverte partagée, la sensorialité, la motricité ! L’important n’est donc surtout pas d’être dans le “faire des activités” mais plutôt de favoriser un accompagnement quotidien amenant les enfants à la découverte du monde… Une des aspirations de ce livre est de favoriser la création de moments entre enfant et adulte en les connectant dans une relation de découverte commune de la nature.

Deux exemples concrets d’ateliers favorisant à la fois la découverte de la nature, la sensorialité et la motricité fine :atelier_logo_1Dans une boîte à oeufs : peindre le fond des alvéoles de 2 à 4 couleurs. Peindre avec l’enfant un élément naturel de saison (exemple en Automne, des noix) des couleurs correspondantes. Proposer à l’enfant de mettre l’élément naturel d’une couleur dans l’alvéole de la couleur correspondante. On peut varier les outils de transvasement (mains, cuillères, pinces…)

atelier_logo_2Dans un grand saladier proposer à l’enfant un élément naturel à transvaser (exemple : haricots rouges). Proposer d’autres contenants (bols, barquettes…) et divers outils de transvasement, de tailles et préhensions différentes (mains, louches, cuillères, écumoires, pinces…)

Pour en découvrir davantage :

Références de l’ouvrage:  «Jouer avec la nature, 70 ateliers d’éveil pour le tout-petit », d’Elise MAREUIL, Préfacé par Jean EPSTEIN. Ed. DUNOD. 15€90, 224 pages, dont des fiches pratiques et ludiques sont détachables, en vente en librairies et sur internet.

print

1 Comment

  1. De très bonnes initiatives 🙂
    J’ai déjà eu l’occasion de suivre quelques-uns de vos conseils et je pense que je vais continuer à le faire grâce à cet article héhé
    Merci beaucoup et à bientôt

Laissez-moi un commentaire ! je vous répondrai !

Navigate